Feed on
Posts

Archive for February 2009

Votre français s’ennuie

Mais qu’est-ce qu’il se passe aujourd’hui? Ce n’est pas la grande forme. Ce matin en vous réveillant, vous avez constaté que le temps était gris. Au petit-déjeuner, vos tartines vous ont paru moins savoureuses que d’habitude. Vous avez soupiré.

Read Full Post »

Votre français est malade

Laetitia s’est réveillée avec des douleurs partout et un mal de tête épouvantable. Elle décide de rester coucher et d’appeler son docteur à 9 heures, l’heure d’ouverture de son cabinet.

Read Full Post »

Non, non, voyons, raconter un dîner demande plus d’un épisode! On ne peut pas se con- tenter de dire “Ah, hier je suis allé chez untel, ouais, c’était pas mal. On a passé une bonne soirée”. Voici donc la suite de l’épisode précédent.

Read Full Post »

J’organise un petit dîner vendredi prochain. Il n’y aura que quelques amis. Cela me ferait plaisir que vous puissiez venir. Ah, vous n’êtes pas libres, dommage. Bon, eh bien, écou- tons ces quelques petites phrases. Vous me raconterez peut-être votre prochain dîner en ville.

Read Full Post »

Ah, hier soir vous êtes allé au théâtre! Et si vous nous racontiez cela? Ecoutons. Ensuite, je vous propose une petite dictée à partir de la pièce dont il est question dans ce dialogue. Le texte sera disponible en ligne sur le site cultivateyourfrench.com

Dictée littéraire, à vos stylos!

Scène première Jean; puis Eusèbe Potasse Au lever du rideau, Jean est en livrée et, à genoux près de la cheminée, il frotte avec énergie une paire de pincettes.

C’est ici que commence la dictée.

"Jean. - Faut que ça reluise!... faut que ça reluise! (S'arrêtant.) Ah! j'ai chaud!... Entré ici depuis hier soir, je paye ma bienvenue... mais je ne te frotterai pas tous les jours comme ça!... Voici la neuvième place que je fais depuis un mois. (Avec mélancolie.) Ah! le temps n'est plus où les maîtres s'attachaient à leurs domestiques!... on était de la famille, on avait les clefs de la cave!... et, quand vous mouriez, on vous faisait une pension via- gère. Mais la Révolution a passé par là!... Je crois pourtant que je ne serai pas mal ici, chez madame Suzanne de La Bondrée... Mais il y a une chose qui me froisse... je crains d'être entré chez une cocotte... A chaque instant, il vient des petits messieurs qui appor- tent de bouquets!... Si elle n'a qu'une connaissance, passe!... mais si ça frise l'inconduite, je partirai... ou je demanderai une forte augmentation... d'autant plus que cette maison est pleine de courants d'air... on s'y enrhume! (Il se mouche avec un bruit imitant la trompette.) Personne ne ferme les portes ici. "

Texte intégral disponible à l’adresse suivante : http://fr.wikisource.org/wiki/Les_Trente_Millions_de_Gladiator

Read Full Post »

Parler des poubelles me semble inévitable parce que nous passons notre temps à jeter, à remplir les poubelles et maintenant de plus en plus à trier pour sauver la planète.

Read Full Post »

Après l’examen visuel il y a quelques épisodes de cela, passons à la seconde étape de notre dégustation : le nez ou plus exactement l’analyse olfactive. Inspirez profondé- ment, les narines en éveil et laissez-vous séduire par le délicieux breuvage. Cet épisode sera immédiatement suivi d’une très longue liste de vocabulaire. Allez, allons-y!

Read Full Post »

Pour les conversations de la vie de tous les jours, connaître son appartement ou sa mai- son tout en français peut s’avérer bien utile. Dans ce deuxième épisode consacré à notre lieu de vie, nous allons nous concentrer sur le hall d’immeuble, la cage d’escalier, la cave, l’interphone, le portail, etc. J’espère que vous n’avez pas peur du noir!

Read Full Post »